Le Monde de Jenn

Grossesse : doit on céder à la psychose alimentaire ?

Le 16 May 2017 par Pas de commentaire

Grossesse : doit on céder à la psychose alimentaire

"Mange pas si, bois pas ça"

Être enceinte ne veut pas dire qu'il faut changer son alimentation du tout au tout : on doit surveiller ce qu’on mange afin d'éviter certaines infections qui d’ordinaire sont sans gravité mais qui peuvent avoir des conséquences graves pendant cette période. Toutefois, il faut relativiser, en réalité, seules trois maladies sont en lien direct avec l'alimentation. Donc pas de quoi non plus se rendre malade. Quelques mesures de précautions simples et faciles à mettre en place suffisent pour s'en prémunir.

Grossesse : doit on céder à la psychose alimentaire

La listériose

Cette maladie rare, due à la bactérie listéria, provoque une infection du sang (septicémie) chez la maman et le fœtus, avec un fort risque de fausse couche, de prématurité, voir même de décès pour ce dernier. Les symptômes ne sont pas très faciles à détecter puisqu'ils se caractérisent essentiellement par de la fièvre et des frissons, tel un épisode grippal. Une simple prise de sang permet de vérifier la présence éventuelle de germes, de les identifier, les tester et ainsi proposer le traitement approprié.

La listéria résiste à des températures comprises entre 4 et 56 °C, ce qui fait qu’elle peut apparaître dans tous les aliments que l’on mange sans cuisson préalable et que l’on conserve au réfrigérateur.

Grossesse : doit on céder à la psychose alimentaire

La meilleure prévention consiste à :

- Évitez les fromages à pâte molle ou au lait cru, les fromages râpés en sachet, les produits achetés chez le traiteur, les poissons fumés, la charcuterie crue ou cuite (rillettes et pâtés en particulier), les coquillages crus, le surimi, etc
- Préférez les charcuteries et fromages vendus sous vide plutôt que à la coupe
- Retirez par précaution la croûte de tous les fromages que vous pouvez consommer
- Prenez l’habitude de bien laver les plans de travail, le réfrigérateur et les ustensiles de votre cuisine
- Lavez vous les mains avant de cuisiner
- Séparez bien les aliments dans votre frigo afin qu'ils ne se contaminent pas entre eux
- Évitez de manger les restes
- Mangez que des viandes bien cuites et évitez les viandes marinées ou grillées
- Lavez bien les fruits et les légumes

La toxoplasmose

Cette maladie parasitaire, sans réel symptômes visibles, peut avoir de graves conséquences pour le fœtus : risques de malformations cardiaques, neurologiques et oculaires, anomalies cérébrales, aboutissant parfois à une interruption médicale de la grossesse, surtout si la maman est contaminée dans le premier trimestre de grossesse. Plus le parasite est transmis tard, moins les lésions sont graves. Le risque de toxoplasmose congénitale est maximal quand l'infection maternelle se produit entre la 10e et la 24e semaine de grossesse. Un dépistage est donc systématique dès le début de la grossesse : positif indique que vous avez déjà été en contact avec le parasite, ce qui garantit l’immunité, à vie.  Dans le cas contraire, un suivi mensuel s'impose pour s'assurer que cela reste négatif. Si l'on devient positive en cours de gestation, un traitement antibiotique permet de guérir et prévenir l’apparition des lésions cérébrales chez le fœtus. Certaines de ces recommandations sont également valables pour se prémunir de la toxoplasmose.

Là encore quelques précautions valent mieux qu’une :
- Les mêmes que pour la listériose avec en plus
- Si vous avez un chat, évitez le contact avec ses déjections
- Portez des gants si vous devez jardiner

Grossesse : doit on céder à la psychose alimentaire

Le diabète gestationnel

Correspond à une élévation du taux de sucre dans le sang, qui apparaît durant la grossesse, mais disparaît après l'accouchement. Cela n'est toutefois pas sans risque. Pour la maman, celui d'avoir un bébé trop gros qui imposerait alors un accouchement par césarienne. Pour le bébé, celui de faire une hypoglycémie à la naissance, ou encore de développer un diabète de type 2 à l'age adulte, soit vers 50 ans environ.

Quelles femmes sont essentiellement concernées ? Celles qui ont des antécédents familiaux de diabète (parents, frères, sœurs), celles qui ont déjà accouché d'un gros bébé (plus de 4 kilos), ou encore celles qui ont pris beaucoup de poids pendant la grossesse. Une simple prise de sang au début et au milieu de la grossesse permet de faire le point et d'envisager si besoin un régime. Au pire, la prise d'insuline.

Comment limiter les dégâts ? Il suffit de manger de façon variée, en limitant, comme en temps normal, votre consommation de sucres rapides (confiture, chocolat, miel, etc.).

Commentaires